Définitions – Lexique – Glossaire – Dictionnaire

 

des céphalées de tension

 

 

Avertissement - Introduction

 

Les définitions ci-dessous sont dérivées des sources publiques officielles, y compris :

a) les instituts nationaux de la santé [NIH],

b) les instituts de l'union européenne [UE],

c) l’INSERM,

d) la FNCLCC (Fédération Nationale des Centres de Lutte Contre le Cancer) etc. …

e) des extraites de l’ouvrage: Tension Headache - A Medical Dictionary, Bibliography, and Annotated Research Guide to Internet References, JAMES N. PARKER, M.D. & PHILIP M. PARKER, PH.D., ICON Health Publications, http://www.ebookmall.com/ebook/193608-ebook.htm

f) de l’encyclopédie libre Wikipedia.

 

Notes :

a) Nous livrons ces informations pour aider les malades, non pour créer « de nouveaux malades imaginaires » (pour paraphraser Molière), non pour fournir des informations « destinées » renforcer une structure hypocondriaque (non à « aider » une personne à s’inventer sans cesse de nouveaux maux et de nouvelles maladies) pour les aider à comprendre leurs soins, la vision ou l’appréhension médicale de leur problème et les difficultés auxquelles ils sont confrontées.

b) Nous avons pris le risque de prendre comme définitions celles proposées par l’encyclopédie libre Wikipedia, malgré les reproches qui lui sont faites de n’être pas toujours rigoureuse ou scientifique et dont souvent les articles sont rédigés par des non-scientifiques. Mais nous avons citées ici certaines définitions quand elles nous ont semblées être de bonne qualité scientifique (, stables dans le temps) et faire alors référence. Nous contrôlons régulièrement l’évolution, au cours du temps, des définitions que nous avons choisies sur Wikipedia.

c) par ailleurs nous avons pris l’initiative et la décision de traiter certaines notions ou certains mots, d’une manière particulière _ d’une manière pas toujours d’une façon totalement scientifique et rigoureuse (et orientée dans le contexte de la problématique des céphalées de tension) _, comme par exemple avec les mots « frustration », « fragilité psychologique », .. mais essentiellement dans le but de faire réfléchir aussi bien les patients qui souffre de ce syndrome, que les médecins qui les soignent.

 

N’hésitez pas à contacter l’association, à nous faire part, de vos remarques, vos suggestions (sur de nouveaux mots ou de nouvelles définitions …) ou vos critiques …

 

Cliquez sur l’un des liens symboliques en bleu souligné ci-dessous, pour accéder à l’article concerné.

 

Dictionnaire anglais : Tension headache dictionary 

 

 

A

 

Abdominal : En rapport avec l'abdomen, c’est à dire de la partie du corps entre la poitrine et les hanches, qui contient le pancréas, l'estomac, les intestins, le foie, la vésicule biliaire, et d'autres organes. [NIH]

 

Abdominale (douleur) : Sensation de malaise, de détresse ou d'agonie dans la région abdominale. [NIH]

 

Abcès : accumulation de pus, dans les tissus, dans les organes, ou dans des espaces circonscrits, qui se forme à la suite d'une infection par des micro-organismes (d'habitude associé à des signes d'infection) [Inserm].

Une accumulation localisée de pus. [NIH]. Amas de pus collecté au centre d’une tuméfaction [FNCLCC].

 

Aberrant : Voir anormal.

 

Abrutissement (voir Diminution des facultés intellectuelles).

 

Absurde : voir décisions absurdes.

 

Abus de médicaments (ou abus médicamenteux. Voir aussi psychiatrie médicamenteuse et médicaments)

 

Accablement (sentiment d’)

 

Accoutumance (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Accrocher (s’) : voir Travail (emploi).

 

Acétaminophène : Dérivé antipyrétique analgésique d'acétanilide. Elle a les propriétés anti-inflammatoires faibles et est employée comme analgésique commun, mais peut causer des dommages au niveau du foie, des cellules du sang et du rein. [NIH]

 

Acides aminés : Composés organiques qui contiennent généralement un aminé (- NH2) et un groupe carboxylique (-COOH). Vingt acides alpha-aminés sont les sous-unités qui étant polymérisées forment les protéines. [NIH]

 

Acouphène (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Acte manqué (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Acting-out : Passage à l’acte

 

Activité professionnelle : voir Travail (emploi).

 

Adénosine : Un nucléoside qui se compose d'adénine et de d-ribose. L'adénosine ou les dérivés d'adénosine jouent beaucoup de rôles biologiques importants en plus d'être des composants de l'ADN et de l'ARN. L'adénosine elle-même est un neurotransmetteur. [NIH]

 

Addiction  (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Adrénale : voir Surrénale ou Médullo-surrénale.

 

Adrénergique : Activé par, caractérisé par, ou sécrétant l'épinéphrine ou les substances avec une activité semblable ; le terme est appliqué à ces fibres de nerf qui libèrent la nopépinéphrine à une synapse quand une impulsion de nerf passe, c.-à-d., les fibres sympathiques. [L'UE]

 

Affliction : Une affliction est quelque chose qui provoque une souffrance physique, mentale, affective ou morale. Voir frustration, dépression, souffrance.
 

Agressivité voir aussi violence.

 

Aigreur : voir frustration (Aigreur).

 

Algie vasculaire de la face : L'algie vasculaire de la face (AVF) est une affection essentiellement de l'adulte jeune à forte prédominance masculine (sex ratio H/F = 4). La douleur est essentiellement orbito-faciale, continue, très violente, survenant quotidiennement par attaques brèves pendant des périodes de quelques semaines séparées par des intervalles libres où la rémission est complète. a prévalence d'AVF est inconnue en France. Elle est estimée à environ 1 pour 10 000 d'après des études étrangères. Les premières crises surviennent entre l'âge de 10 et 30 ans chez 2/3 des patients. L'existence d'un facteur génétique est probable. La physiopathologie de cette affection reste inconnue. Les deux seuls traitements d'efficacité prouvée pour les crises sont le Sumatriptan sous-cutané et l'oxygène nasal (Voir aussi Céphalées de Horton (cluster headache) et Céphalées).

 

Algodystrophique (syndrome) (article de JD LAREDO, Hôpital Lariboisière).

 

Algorithme : Un procédé se composant d'une série de formules algébriques et/ou d’étapes logiques pour calculer ou déterminer une tâche donnée. [NIH]

 

Allocation COTOREP (voir Prise en charge).

 

Allégations du malade (voir Crédibilité)

 

Alpha-1 : Une protéine avec la propriété d'inactiver les enzymes protéolytiques telles que le collagènase et l'élastase des leucocytes. [NIH]

 

Alternatif / Alternative : voir Médecine alternative.

 

Aménorrhée : Absence de menstruation. [NIH]

 

Amertume : voir frustration, voir violence.

« D'une joie même, le souvenir a son amertume, et le rappel d'un plaisir n'est jamais sans douleur »,   Oscar WildeExtrait de Le portrait de Dorian Gray. « Il y a l'amertume du bonheur comme il y a l'ivresse de la souffrance »,  Alfred Capus

 

Amitriptyline : Antidépresseur tricycique avec les propriétés anticholinergiques et sédatives. Il semble empêcher la ré-assimilation de la nopépinéphrine et de la sérotonine au niveau des terminaisons nerveuses, de ce fait renforçe l'action de ces neurotransmetteurs. L’amitriptyline apparaît également un antagonique (?) (antaganize) cholinergique et des réponses alpha-1 adrénergiques ( ?) aux amines bioactives. [NIH]. Voir aussi Amitriptyline (Article de Wikipedia).

 

Anal : En rapport avec l'anus, ouverture postérieure du gros intestin. [NIH]

 

Analgésique : Un agent qui allège la douleur, sans causer la perte de conscience. [L'UE]. Voir aussi Analgésique (Article de Wikipedia).

 

Anamnèse (Article de Wikipedia).

 

Angine : Douleur de poitrine qui provient du coeur. [NIH]

 

Angine de poitrine : Le symptôme paroxysmal de la douleur liée à l'ischémie du myocarde,  ayant comme caractère distinctif, l'emplacement et la radiation, provoquée par une situation passagère stressante pendant laquelle les exigences d'oxygène du myocarde excèdent ce que la capacité de la circulation coronaire peut fournir. [NIH]

 

Animosité : voir frustration et violence (citations : animosité).

 

Anorexie (article de Wikipedia) : Manque ou perte d'appétit pour la nourriture. L'appétit dépend de l’état psychologique, de la mémoire, des souvenirs et des associations. L'anorexie peut être provoquée par une nourriture sans attrait, l’environnement, ou la société. [NIH]. (voir anorexie mentale).

 

Anorexie mentale (ou nerveuse) : Les symptômes en chef sont une incapacité de manger, une perte de poids, et l'aménorrhée. [NIH]

 

Anorexique : a) personne souffrant d’anorexie. b) produit produisant une perte d’appétit (médicaments comme le topiramate, coupe-faims …).

 

Anormal (ou aberrant) : Errance ou déviation du cours habituel ou normal de choses. [L'UE] .

 

Antagonisme : Interférence avec, ou inhibition, de la croissance d'une organisation vivante par des autres organisations vivantes, dû à la création d’états défavorables (par exemple épuisement des approvisionnements alimentaires) ou à la production d'une substance antibiotique spécifique (par exemple pénicilline). [NIH]

 

Anticholinergique : Un agent qui bloque les nerfs parasympathiques. Appelé également parasympatholytique. [L'UE]

 

Anticomitial (Voir Antiépileptique).

 

Anticonvulsivant (Voir Antiépileptique).

 

Antidépresseur : Une substance traitant la dépression. [NIH].

Antidépresseur (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Antidote (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Anti-douleur : voir Analgésique et douleur.

Anti-douleur (centre) : centre médical destiné exclusivement au traitement des douleurs chroniques (carte de France des centres anti-douleur).

 

Antiépileptique (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Anti-inflammatoire : médicament destiné à réduire ou à combattre l'inflammation. [NIH]. Voir aussi l’article anti-inflammatoire et l’article anti-inflammatoire non stéroïdien (aspirine , ibuprofène. …), de l’encyclopédie libre Wikipedia.

 

Antimétabolite : Un produit chimique qui est très semblable à un a exigé dans une réaction biochimique normale en cellules. Les antimétabolites peuvent arrêter ou ralentir la réaction. [NIH]

 

Antipsychotique : voir neuroleptique

 

Antipyrétique : Un agent qui soulage ou réduit la fièvre. Appelé également antifébrile, antithermique et fébrifuge. [L'UE]

 

Antisérotoninergique : (adjectif) Se dit d'une substance qui s'oppose aux effets de la sérotonine de l'organisme (exemple, le Sanmigran).

 

Anus : L'ouverture du rectum à l'extérieur du corps. [NIH]

 

Anxiété (voir Inquiétude).

 

Anxiolytique  (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Aphthous : voir Stomatite d'Aphthous.

 

Arnold (anatomie du nerf et névralgie d') (voir aussi Arnold-Chiari (syndrome d')).

 

Arnold-Chiari (syndrome d') (voir aussi Arnold (anatomie du nerf et névralgie d').

 

Ataxie (article de Wikipedia) : manque de coordination fine des mouvements volontaires.

 

Artérite (article de Wikipedia) : Inflammation d'une artère. [NIH] (anglais : Arteritis).

 

Artère : vaisseau sanguin conduisant le sang du coeur aux diverses parties du corps. [NIH]. Vaisseau sanguin transportant du sang riche en oxygène à partir du coeur à travers tout le corps afin d'assurer la nutrition des cellules tissulaires (Futura science).

Vaisseau sanguin conduisant le sang du coeur vers les organes et les tissus du corps. Deux artères sont directement reliées au coeur: 1) l'aorte, qui avec ses ramifications véhicule le sang oxygéné du ventricule gauche vers toutes les parties du corps; 2) l'artère pulmonaire, qui véhicule le sang du ventricule droit vers les poumons à partir desquels le sang chargé d'oxygène retourne vers la partie gauche du coeur. Les artères sont reliées aux veines par des vaisseaux sanguins extrêmement fins appelés les vaisseaux capillaires (Grand Dictionnaire de la Langue Française).

 

Aspirine (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

 

Atlas (syndrome d’) : Le Syndrome d'Atlas est un état physique provoqué par trop de stress. C'est un fusible grillé qui arrive aux gens qui sont trop forts (ou qui se sentent fort) dans l'adversité. Il frappe les personnes qui essayent d’accomplir un "travail irréalisable", laissant les personnes touchées, épuisées, anxieuses et dépressives. Il touche les personnes qui ne veulent pas passer pour faibles, qui ne veulent pas abandonner avant de tomber malade. Il est causé par les changements sociaux touchant le rôle des travailleurs dans la société. Ceux-ci travaillent tout aussi difficile, voire plus difficile, que jamais, mais en même temps, ils sont résolus à faire beaucoup plus partout, y compris à la maison - de sorte qu'ils sont inévitablement très stressés. La majorité des hommes voient effectivement augmenter leurs heures de travail, parce qu'il y a des bouches à nourrir, que leurs revenus sont toujours aussi peu élevés. Le résultat est l'épuisement (source : 'Atlas Syndrome' strikes down Superdads, Sanjay Sehgal, The Independant).

 

Autogène : Un type de succession quand l’objet (végétation …) en développement est cause, elle-même, de la succession. [NIH]. Voir aussi Training autogène.

 

Auto-immune : voir Maladies auto-immunes.

 

 

B

 

Bilan de soi-même (faire un) : voir travail sur soi.

 

Bioéthique  (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi « fraude médical »).

 

Biofeedback (voir traitements).

 

 

C

 

Cancer : voir tumeur.

 

Caractère (en psychologie) (Article de l’encyclopédie Wikipedia).

 

Cause : cause des céphalées de tension chroniques d’origine psychologique (voir explication).

 

Cercle vicieux : voir Tourner en rond, dépression, travail sur soi, guérison.

 

Céphalées d’origine médicamenteuse ou céphalées par abus médicamenteux (voir Céphalées)

 

Céphalées (toutes céphalées : céphalées de tension, migraines …).

 

Céphalées de rebond (ou céphalées de tension de rebond) : voir Céphalées d’origine médicamenteuse (voir Céphalées).

 

Céphalées de tension (voir Céphalées)

 

Céphalées de tension oculaires (voir Troubles oculaires. Voir aussi Céphalées).

 

Céphalées de Horton (cluster headache) : la personne atteinte a l’impression d’avoir un couteau planté dans l’œil. Cet élancement apparaît à heure fixe tous les jours et dure entre 15 minutes et 3 heures. Ces douleurs se manifestent à des moments précis de l’année – souvent aux changements de saison – et disparaissent ensuite. Il s’agit d’un trouble rare qui ne touche que 0,04 % de la population. Des injections de Sumatriptan (Imitrex) et de l’oxygène en inhalation soulagent les crises (voir aussi Algie Vasculaire de la face) (article à vérifier).

 

Céphalées vasculaires de tension (voir Céphalées)

 

Charlatan : Personne qui se vante de pouvoir guérir diverses maladies. Personne qui profite de la crédulité d'autrui. Synonyme : imposteur , escroc . Comme la médecine scientifique est impuissante à guérir (surtout durablement) les céphalées de tension chroniques, les patients désespérés se tournent alors (souvent) vers les marchands d’espoirs et d’illusion, recherchant par exemple la solution dans l’homéopathie, l’hypnose (régressive etc. …), la guérison par imposition des mains, le yoga, certaines techniques de relaxation, des techniques nutritionnelles, la « guérison spirituelle » par la prière, des manipulations de kiné ou d’ostéopathie, … Les patients souffrant de céphalées de tension chroniques sont souvent la proie des charlatans (see charlatan in english Wikipedia).

 

Chômage (à répétition) (voir Soucis financiers , Vulnérabilité).

 

Chute sociale (voir S'en sortir tout seul et Hygiène).

 

Colère (voir Violence).

 

Commission technique d'orientation et de reclassement professionnel : voir COTOREP.

 

Communication (ou défaut de communication) : Entre les proches et le malade, il y a souvent un grand défaut de communication, ou de l’incompréhension. Le malade désagréable, en permanence de mauvais poil est peut-être perçu comme un être qu’on ne peut comprendre ou hypocondriaque, qui a ses accès d’humeur, ses lubies … Les reproches, le fait qu’on soit sûr de la « nature de la maladie » de l’autre (paresse, hypocondrie, que le malade semble coupé du monde, replié sur lui, ne pas se battre assez dans la vie …), qu’on soit sûr de ses avis, de ses positions, le fait qu’on se soit fait mutuellement renvoyés dans les cordes, fait que le dialogue peut être rompu, et qu’on ne fonctionne plus que le mode reproche (plus ou moins ouvert ou dissimulé). Il est important de rétablir le dialogue, d’éviter les reproches mutuels … et l’orgueil et les certitudes orgueilleuses ou tranchées dans ses positions.

 

Compétence du médecin (voir aussi a) Erreurs de diagnostic, b) Esprit critique et l’article Esprit critique sur l’encyclopédie libre Wikipedia, c) Conscience).

 

Compréhension : voir communication.

 

Confiance (du malade envers le médecin) (voir aussi Erreurs de diagnostic).

 

Conscience (Problème de conscience morale du médecin)  (Voir aussi Serment d’Hippocrate et Esprit critique).

 

Contractures musculaires : la douleur ou la sensation de gêne cérébrale ressentie sont dues aux contractions des muscles péri-crâniens (du pourtout du crâne), voire du cou, dans le cas des céphalée de tension. Ce mécanisme est somme toute assez différent du mécanisme de constriction et dilatation pulsatives des vaisseaux sanguins impliqués dans les migraines (et la sensation douloureuse migraineuse). Bien, que dans certains, des migraines et des céphalées de tension peuvent coexister et donc que les 2 mécanismes peuvent coexister.

La puissance d’un muscle, même d’un petit muscle péri-crânien (~ 1000 à 2000 N/mm2), est exceptionnelle et peut très bien expliquer la puissance de la douleur ressentie par le patient (par titre de comparaison, la puissance de la mâchoire humaine est de 200 à 220 kg/cm2 ~ 2000 N/mm2. Un muscle de cuisse de grenouille peut soulever jusqu’à 30 gr. Source : Traité élémentaire de physiologie humaine comprenant les principales notions de la physiologie comparée, par Jules Auguste Béclard, professeur à la faculté de médecine de Paris, Editeur Labé, 1856, , 2nd édition & Physiologie animale: Mécanismes et adaptations, par Roger Eckert, David Randall, Warren Burggren, Kathleen French, DeBoeck Université, 1999, Traduction de la 4ème édition américaine).

 

Conversion somatique : Mécanisme de formation de symptômes consistant en une transposition d'un conflit psychique et une tentative de résolution de celui-ci dans des symptômes somatiques, moteurs ou sensitifs (cf. J.Laplanche et J-B. Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse, Presses Universitaires de France, Paris, 1976, p.104).

 

Corticoïde (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia). Voir aussi anti-inflammatoire et Cortisone.

 

Cortisone (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia). Voir aussi anti-inflammatoire et Corticoïde.

 

COTOREP  (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi l’article Prise en charge de ce site).

 

Couler socialement : celui qui souffre depuis longtemps sans espoir de rémission peut souvent couler moralement, socialement. Il est important d’en parler et de s’accrocher à tous les points de vue _ dans son travail etc … (voir S'en sortir tout seul, Hygiène et Travail (emploi)).

 

Coûts économiques et psychologiques des céphalées de tension.

 

Crédibilité (du malade face au corps médical).

 

Crises de panique

 

Crise de tétanie (voir Spasmophilie et Tétanie)

 

Culpabilité (psychologie) (article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Culpabilisation (voir aussi Culpabilité (psychologie) , article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

 

D

 

Débriefing (psychologie) (article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi Traumatisme psychique et Névrose traumatique).

 

Décisions absurdes : Dans l’Egypte antique, les souverains se faisaient enterrer dans de grands tombeaux, entourés de tous leurs biens, afin d’assurer leur éternité dans « l’au-delà ». Or ces tombeaux étaient régulièrement pillés, à toutes les époques de l’Egypte antique, vols, qui dans l’esprit des Egyptiens, pouvaient menacer la survie du défunt. Et pourtant, les souverains persistaient dans leur décision de continuer à se faire enterrer ainsi. De même, même si l’on sait que la prise de la plupart des psychotropes _ dont les plus connus et les plus prescrits sont le Laroxyl et le Rivotril _ sont souvent impuissants à soigner les malades et leur mal, les médecins dans leur immense majorité continuent pourtant à prescrire ces médicaments, prescription qui a) soit apporte la paix au médecin (en faisant taire, « une fois pour toute », les « jérémiades » des patients, cela en les abrutissants un bon coup, tout en donnant, aux médecins prescripteurs, bonne conscience), b) en leur donnant l’illusion de traiter le problème et donc d’avoir une illusion de maîtrise sur lui.

 

Défendre (se) (voir Vulnérabilité, voir fragilité psychologique).

 

Défoulement (voir Violence).

 

Dépendance (voir Addiction).

 

Dégringolade sociale (voir couler, S'en sortir tout seul et Hygiène).

 

Dépression (voir aussi Dépression sur le site « www.infirmiers.com » et l’article Dépression dans l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Dépression cachée (voir aussi Dépression).

 

Dépression d'épuisement (voir aussi Dépression).

 

Dérives psychothérapiques (voir aussi Erreurs de diagnostic).

 

Déroutant : Les céphalées de tension chroniques ont souvent un caractère déroutant (i.e. déconcertant, embarrassant, inattendu, confondant, imprévu, imprévisible, bizarre, étonnant, surprenant, troublant) du fait qu’ils donnent l’impression de n’être reliée à aucune cause précise claire (dans le cas de ceux d’origine psychologiques) (voir explication).

 

Diagnosticien : ce sont des médecins qui facilitent et fiabilisent les diagnostics médicaux. Il s’attache à démêler l’écheveau des problèmes (affections etc. ...) qui se « liguent » contre le patient. Les symptômes sont pour lui des indices.

 

Diminution des facultés intellectuelles (voir aussi « Faire illusion »).

 

Diplopie (article de Wikipedia) : vision double d'un même objet.

 

Domination (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi a) drame de la domination, b)  Pervers narcissique , c) Gourous (psychologie des).

 

Douleur (ou origine de la sensation douloureuse. Voir aussi l’article douleur sur l’encyclopédie libre Wikipédia et l’article gestion de la douleur).

 

Douleur projetée : douleur ressentie sur un segment cutané mais déclenchée à un autre endroit du corps (en général au niveau d’une viscère). L'exemple le plus connu de douleur projetée est la sciatique, dont la cause principale est la hernie discale lombaire (voir Douleurs irradiées à la hanche).

 

Douleur neuropathique (nerveuse) : elle se caractérise par des sensations douloureuses chroniques que les patients décrivent souvent comme ressemblant à une brûlure, un picotement ou une décharge électrique. On estime que la douleur neuropathique touche 3 % de personnes en Europe et il s'agit d'un des syndromes de douleur chronique les plus difficiles à traiter. De nombreuses pathologies peuvent provoquer des douleurs neuropathiques, notamment le diabète, une infection (zona), le cancer et le SIDA. A l'heure actuelle, les médecins disposent de très peu d'options thérapeutiques pour répondre aux besoins de leurs patients.

 

Dystrophie

 

 

E

 

Ecoute (voir aussi Violence).

 

Effet nuisible : Un effet secondaire, non désiré, du traitement [NIH]

 

Electromyogramme (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

Neurologie, physiologie  -  N. m.  * électro : du latin scientifique electricitas, dérivé du latin classique electrum (ambre jaune), relatif à l’électricité ; * myo : du grec mus [-myo-], muscle ; * gramme : du grec gramma, [-gramme], lettre, écriture et par extension, enregistrement écrit. Enregistrement obtenu à l'aide d'un électromyographe. Cet examen appelé électromyographie, est une technique d'exploration des muscles, basée sur l'étude et le recueil des potentiels de repos et d'action des unités motrices (muscles et nerfs afférents). On utilise des électrodes autocollantes posées sur la peau ou de fines aiguilles insérées dans le muscle. Syn. : EMG. Adj. : électromyographique (voir biofeedback). Source : http://georges.dolisi.free.fr/Terminologie/E/electro.htm

 

Électromyographe   Électromyographie   Électromyographique : Neurologie, physiologie  -  N. f.  * électro : du latin scientifique electricitas, dérivé du latin classique electrum (ambre jaune), relatif à l’électricité ; * myo : du grec mus [-myo-], muscle.  L'électromyographie (ou électro-myographie) est une technique d'exploration des muscles, basée sur l'étude et le recueil des potentiels de repos et d'action des unités motrices (muscles et nerfs afférents). On utilise des électrodes autocollantes posées sur la peau ou de fines aiguilles insérées dans le muscle. Syn. : EMG. Cet examen permet de détecter une faiblesse musculaire, un défaut de la conduction nerveuse ou un trouble de la sensibilité d'un membre ou du visage. Dans un premier temps, une aiguille réceptrice est placée dans le muscle à évaluer, et la neurologue enregistre les potentiels au repos et de contraction. Dans une deuxième phase, le muscle est électrostimulé. Des électrodes placées sur la peau permettent de mesurer la vitesse de propagation des influx nerveux dans les fibres motrices et dans les fibres sensitives.  L'appareil utilisé pour cet examen est un électromyographe. L'enregistrement obtenu est un électromyogramme. Adj. : électromyographique : qui se rapporte à l'électromyographie (voir aussi biofeedback). Source : http://georges.dolisi.free.fr/Terminologie/E/electro.htm

 

Empirique : l'adjectif souvent employé pour signifier : qui est issu des faits statistiques, de la réalité, par opposition à une idée issue de la théorie. Il qualifie le contenu expérimental, ou la source expérimentale, d'une connaissance; synonyme de a posteriori; il est d'usage de distinguer la connaissance empirique de la connaissance rationnelle.

L’utilisation des Psychotrope pour soigner les Céphalées de tension est le résultat d’une démarche empirique et non d’une démarche rationnelle.

 

Emploi : voir Travail (emploi).

 

Empoisonnement (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Enervement (voir Violence).

 

Entité nosographique (nouvelle)

 

Entraide (voir Solidarité et voir aussi S'en sortir tout seul et Hygiène).

 

Epée de Damoclès (voir aussi Mythe de Sisyphe).

 

Epilepsie : l’épilepsie est une affection neurologique commune caractérisée par des crises récurrentes. En dépit de la diversité des traitements, plus de 30 %des six millions d'épileptiques recensés en Europe continuent de souffrir de crises d'épilepsie. (voir aussi l’article Epilepsie de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

 

Epuisement

 

Erreurs de diagnostic (ou erreur médicale. Voir aussi « ce Malade dont personne ne veut »)

 

Escroc : voir charlatan.

 

Espoir  (voir aussi Violence, Suicide, Hygiène de vie et Gestion de la douleur).

 

Esprit critique (voir aussi Conscience et l’article Esprit critique sur l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Etat des lieux des traitements des Céphalées de Tension (en France)

 

Ethique médicale  (voir aussi Bioéthique).

 

Etude statistique en double-aveugle (ou Étude randomisée en double aveugle. Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Evaluation médicale  (voir aussi le paragraphe consacré à aux fraudes médicales dans l’article « Dérives psychothérapiques »).

 

Explication(s) (explication(s) des céphalées de tension chroniques d’origine psychologique) : L’exploration fonctionnelle (IRM …) ne donnant rien, les médecins ont alors tendance à les mettre sur le compte de causes psychologiques, bien qu’on n’arrive pas le plus souvent à découvrir l’origine psychologique exacte de celle-ci (sont-elles dues  à une somatisation, c’est à dire à une conversion somatique ? …). Certains médecins mettent les céphalées de tension chroniques d’origine psychologique sur le compte de contractures involontaires du patient (contractures musculaires du cou, des épaules …), dans une sorte de réaction de défense inconsciente du patient face au stress (comme au stress  professionnel …) (leur thèse avance un mode explicatif  comparable à celui pour la genèse des douleurs de dos). Pourtant, les techniques de relaxation ou d’hypnose ne guérissent ou ne provoquent pas de rémission ou la diminution de la plupart des céphalées de tension chroniques, dont souffrent certaines personnes, ce qui tend à invalider pour ces dernier l’hypothèse de la conversion somatique (voir à ce sujet l’article Modèle traumatique psychologique pour expliquer l’établissement des céphalées de tension permanentes sur ce site).

 

Exploration électrophysiologique ou faisceau de HIS (article de Wikipedia) : Par ponction sous anesthésie locale de la veine fémorale au ph de l'aine on place sous contrôle radioscopique une ou plusieurs sondes dans le cœur droit. Elles enregistrent l'activité électrique cardiaque en différents points. Elle permet de diagnostiquer avec certitude l'origine de certaines palpitations, de malaises ou syncopes inexpliquées et de leur proposer un traitement adapté : médicament, radioconférence, défibrillateur ou pace-maker. A ne pas confondre avec « Potentiels évoqués visuels [PEV] » (voir plus loin).

 

 

F

 

Facultés intellectuelles (voir Diminution des facultés intellectuelles)

 

« Faire illusion »  (voir aussi Diminution des facultés intellectuelles).

 

Fatigabilité (voir Epuisement).

 

Fatigue (voir Epuisement).

 

Fibromyalgie (voir aussi article Fibromyalgie de l’encyclopédie libre Wikipedia. Nouveau terme pour désigner un syndrome connu depuis longtemps sous le nom de SPID, c’est-à-dire syndrome polyalgique idiopathique diffus).

 

Force musculaire / Force d’un muscle.

 

Fragilité (sociale, professionnelle …) (voir Vulnérabilité, Soucis financiers et aussi Diminution des facultés intellectuelles).

 

Fragilité psychologique : la personne souffrant de céphalées de tension (du moins celles d’origine psychologique) a souvent une fragilité psychologique en elle (dont elle peut avoir conscience ou non). Le jeune enfant se construit en tant que personne (psychologique), grâce à son entourage (l’influence psychologique de celui-ci), par l’amour de l’entourage, par le cocon familial. Dès que ces derniers éléments manquent dans la construction de l’enfant (que l’enfant est au contraire plongé dans un environnement familial hostile, déstabilisant, maltraitant, dévalorisant …), que des évènements particuliers de la vie, souvent graves, surviennent dans sa prime enfance, voire même se répètent à l’âge adulte, une fragilité psychologique peut se développer durablement chez cette personne, fragilité persistant à l’âge adulte. Et des évènements particuliers de la vie, uniques ou cumulés, peuvent ensuite déclencher le développement du « trouble », c’est à dire la céphalée de tension durable, permanente ou chronique. Diminuer cette fragilité est un travail (travail sur soi) de longue (ou de très longue) halène, qui demande beaucoup de temps et d’efforts (voir travail sur soi, vulnérabilité).

 

Fraude médicale et scientifique  (Voir aussi éthique médicale et paragraphe consacré à ce sujet dans l’article « Dérives psychothérapiques »).

 

Frustration : a) Se sentir diminuer intellectuellement du fait de ses céphalées de tension permanentes et b) ne jamais être compris par son entourage et les médecins, peut induire, à la longue, chez le patient souffrant, une forte frustration, une forte amertume, voire une forte violence intérieure et de la haine (envers le corps médical qui ne comprend pas le patient et sa réelle souffrance …). C’est un peu la même frustration, source de violence, qui existe chez le trauma crânien, du fait de se sentir diminué psychologiquement, du fait de son trauma crânien, et d’être impuissant face à la diminution de ses capacités intellectuelles. Voir aussi l’article Frustration (de l’encyclopédie Wikipedia) (voir aussi Violence).

 

 

G

 

Gêne intellectuelle (voir Diminution des facultés intellectuelles).

 

Gourous (psychologie des)).

 

Guérison : comme il est souvent difficile de guérir d’une céphalée de tension chronique, et que le corps médical est souvent impuissant à les guérir, le patient est souvent la victimes des charlatans, profitant de sa situation de faiblesse et de détresses pour lui soutirer de l’argent. On peut « guérir » d’une céphalée de tension chronique, ou du moins avoir des rémissions de longue durée, en ayant ou tentant d’avoir une maîtrise sur les conditions environnementales psychologiques et facteurs psychologiques déclenchants _ du moins dans le cas des céphalées de tension d’origines psychologiques. Pour cela, il faut que le patient  arrive à changer les conditions environnementales psychologiques dans lesquels il est plongés, comme les facteurs professionnels, sociaux, qui contribuent à lui donner consciemment ou inconsciemment l’impression d’être enfermé dans une impasse, un tunnel sans issu, qui le renforce dans sa dépression, mélancolie, tristesse, frustration … (Synonymes : convalescence, rétablissement) (voir Conditions environnementales psychologiques, fragilité psychologique, rémission, charlatans).

 

 

H

 

Haine (voir Violence).

 

Handicap (voir Diminution des facultés intellectuelles et COTOREP).

 

Histrionisme (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi autre article de l’encyclopédie Wikipedia : « trouble de la personnalité histrioniques »).

 

Humeur (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi neuroleptiques ).

 

Hydrocéphalie (avancée, dans des cas très rares, comme cause de céphalées de tension) (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Hygiène (comment se prendre en charge malgré les difficultés. Voir aussi Syndrome de Diogène).

 

Hypnose (voir Traitements).

 

Hypersomnie (voir aussi Sommeil. Voir aussi Narcolepsie. Voir aussi Epuisement. Voir aussi la Définition de l’hypersomnie sur l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Hypertension artérielle ou HTA : est définie par une pression artérielle trop élevée. Ses causes sont multiples : Causes rénalesCauses surrénaliennes, l'intoxication par la glycyrrhizine, La coarctation aortique, Grossesse, d’autres causes (dont des Causes favorisantes : l'âge,

 le sexe, l'hérédité, l'alimentation (dont l'excès de sel), le poids, le diabète, le stress, l'effort physique et la sédentarité). Elle provoque des   Complications cardiaques, Complications neurologiques, Complications rénales, d’autres complications. Elles peuvent provoquer des céphalées (maux de tête) : elles sont surtout caractéristiques d'une hypertension grave. Elles sont classiquement présentes dès le matin, dans la région occipitale (nuque et au-dessus) (voir article Hypertension artérielle de Wikipedia).

 

Hypocondrie (voir aussi Syndrome de Münchausen)

 

 

I (la lettre « I »)

 

Ibuprofène (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Idées reçues  (voir Préjugés).

 

Idiopathique (article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

 

Impasse (sentiment d’être dans une impasse …) : voir proscratination  (article de Wikipedia), voir travail sur soi.

 

 

 

Impuissance : Les patients, n’arrivant pas à discerner une cause claire à leur céphalées de tension chroniques, se sentent alors souvent impuissant face à elles, d’autant impuissant qu’ils ressentent une certaine impuissance du corps médical lui-même face à leur mal (impuissance que certains médecins cachent en donnant l’impression de connaître et maîtriser la maladie et de maîtriser leur art (concernant ce mal) _ ce qui est loin d’être le cas. La prescription de médicaments leur donnant l’impression de maîtriser le mal et le problème). D’où la frustration que ressentent certains patients (voir guérison, rémission, s’en sortir, travail sur soi, espoir, positif / positiver, frustration  …).

 

Implacable (voir Intensité des céphalées de tension et contracture musculaire et voir travail sur soi).

 

Imposteur : voir charlatan.

 

 

Incommunicabilité (de l’expérience de celui qui vit avec des céphalées Voir aussi Préjugés).

 

Incompréhension (des proches, du corps médical pour le mal et le malade) : voir communication.

 

Indifférence (voir Conscience. Voir aussi Préjugés et Incommunicabilité)

 

Infernal : voir travail sur soi.

 

Infiltration : en médecine, une infiltration consiste en l’injection d’une substance dans un tissu ou une articulation (infiltration intra-articulaire) à des fins thérapeutiques.

 

Infiltration d’anti-inflammatoire : Le médicament habituellement infiltré est un dérivé de la cortisone. La cortisone a de nombreux avantages: c'est une hormone naturelle, dotée d'excellentes propriétés anti-inflammatoires. Sa non-toxicité permet d'augmenter la dose et de majorer son action selon les besoins. Tandis que les anti-inflammatoires courants (dits "non-stéroïdiens" par opposition aux "stéroïdes" qui sont les dérivés de la cortisone) deviennent rapidement dangereux si on dépasse la dose maximale, avec un effet sur l'inflammation qui sature. La cortisone ayant un effet anti-allergique, ses dérivés inhibent l'éventuel effet allergisant que pourraient avoir, soit eux-mêmes soit un produit associé dans l'injection. Il n'y a pas d'accidents digestifs avec la cortisone. Elle est autorisée pendant la grossesse.

Enfin il est facile et bon marché de fabriquer les dérivés retards de la cortisone.

Les inconvénients sont liés à la majoration des autres effets de l'hormone: elle augmente le taux de sucre dans le sang, pouvant révéler un diabète latent ou déséquilibrer un diabète existant. (A hautes doses _ par exemple dans le cas des sportifs dopés … _, ils peuvent produire une prise de poids par rétention d'eau, des oedèmes et des gonflements).

 

Inquiétude : Sentiment persistant de crainte, d'appréhension, et de désastre imminent. [NIH]. Voir aussi Anxiété.

 

Insomnies (voir Sommeil)

 

Insoutenable (voir Intensité des céphalées de tension).

 

Intensité des céphalées de tension

 

Intolérable (voir Intensité des céphalées de tension).

 

Intoxication au monoxyde de carbone (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir paragraphe « Intoxication au monoxyde de carbone » de cet article de Wikipedia).

 

Intra-articulaire : voire infiltration.

 

Invalidité (voir Diminution des facultés intellectuelles , voir aussi COTOREP).

 

IRM ou Imagerie par résonance magnétique (voir aussi scanner).

 

ISRS : Inhibiteurs Spécifiques de la Recapture de la Sérotonine : Comme leur nom l'indique, les ISRS diminuent la recapture de la sérotonine dans le neurone pré-synaptique. Davantage de neurotransmetteurs reste donc dans la fente synaptique plus longtemps, ce qui permet de compenser pour le taux de sérotonine plus bas chez certaines personnes déprimées.

 

 

J

 

Jugement (voir Préjugés).

 

 

K

 

Karma (et céphalées)

 

Kétamine (Article de Wikipedia).

 

 

M

 

Mal aiguë des montagnes (MAM, une céphalée en étaux liée à un défaut d’oxygénation ressemblant aux céphalées de tension dans ses manifestations extérieures. Vous quittez le site de l’association pour le site « alpinisme »).

 

Mal de tête causée par une intoxication au monoxyde de carbone : céphalées en étaux liées à un défaut d’oxygénation ressemblant aux céphalées de tension dans ses manifestations extérieures (voir Intoxication au monoxyde de carbone).

 

Malade dont personne ne veut (Ce) (voir Erreur de diagnostic).

 

Maladie auto-immune : Une condition pour laquelle le corps identifie ses propres tissus en tant qu'étranger et dirige une immuno-réaction contre eux. [NIH]. Voir Maladie auto-immune (article de Wikipedia).

 

Mauvais caractère : voir caractère, frustration, hypocondrie.

 

Médecine alternative : Pratiques généralement non identifiées par la communauté médicale comme une approche médicale standard ou conventionnelle et utilisé en lieu et place des traitements standards. La médecine alternative inclut la prise des suppléments diététiques, des vitamines « méga-dosée », et des préparations à base d’herbes _ boire des thés spéciaux … _ et des pratiques telles que les thérapies de massage, la thérapie « magnétique », la cure spirituelle, la méditation … [NIH].

 

Médicaments

 

Médicament psychotrope (Article de l’encyclopédie Wikipedia. Voir aussi psychotrope et neuroleptique)

 

Médullo-surrénale ou Médulle ou Medulla Surrénale (ou adrénale) : La pièce intérieure de la glande surrénale (ou adrénale); elle synthétise, stocke et libère des catécholamines. [NIH]

 

Mi-temps thérapeutique (voir Prise en charge).

 

Miracle (ou « guérison miraculeuse ») : dans ce domaine (celui des céphalées de tension chroniques), les miracles n’existent pas. La guérison demande souvent un important effort pour comprendre leur origine et leur genèse et un gros travail sur soi pour réduire les circonstances, l’environnement psychologiques, les évènements déclenchants, qui sont à leur origine (voir Travail sur soi, Guérison).

 

Monde réel (être dans le) : voir « Travail (emploi) ».

 

Monoxyde de carbone (voir Mal de tête causée par une intoxication au monoxyde de carbone).

 

Münchausen ou Syndrome de Münchausen (Deux articles de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Muscle : voir Force musculaire / Force d’un muscle.

 

 

Mystérieux : caractère souvent « mystérieux » des céphalées de tension chroniques, lors qu’on ne trouve pas de causes claires à leur origine (voir déroutant et explication).

 

 

Mythe de Sisyphe (voir aussi Epée de Damoclès).

 

 

N

 

Narcolepsie (voir aussi Hypersomnie).

 

Nausées

 

Neuroleptique (Voir aussi psychotrope et « médicament psychotrope »)

 

Neurologie (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Neurologue : spécialiste de la neurologie.

 

Neurophtalmologue : Un neurophtalmologue est un ophtalmologue spécialisé dans les atteintes du système nerveux, ayant des conséquences sur la vue.

 

Névrose ou Névrose traumatique (articles de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi Traumatisme psychique et Débriefing (psychologie)).

 

Nosologie : classification des maladies (Article de l’encyclopédie Wikipedia).

 

 

O

 

Obsession (en médecine) (article de l’encyclopédie Wikipedia) (voir aussi Trouble obsessionnel compulsif).

 

« Open label » : terme employé pour décrire la situation quand le chercheur et le participant à une étude de recherches savent le traitement que le participant reçoit. « Open label » est l'opposé de « double aveugle » (ou « double anonymat ») quand ni le chercheur ni le participant ne sait quel traitement le participant reçoit (signifie littéralement « préliminaire »).

 

Oppression (sentiment d’) (voir sentiment d’Accablement et Intensité des céphalées de tension ).

 

Origine : Origine des céphalées de tension chroniques (voir explications).

 

Orthoptie (Article de l’encyclopédie Wikipedia).

 

Orthoptiste : spécialiste de Orthoptie. L'orthoptiste est là pour rééduquer vos yeux.

 

 

P

 

Paresthésie (article de Wikipédia) : Anomalie sensitive tactile ou somesthésique qui se caractérise par des sensations anormales non douloureuses de qualité variable: fourmillement, picotement, sensation de raideur cutanée et parfois sensation thermique. Elle peut être spontanée ou provoquée par le frôlement des téguments.

 

Passage à l’acte : Le passage à l’acte consiste à commettre un acte en général produisant ou destiné à produire une situation ou un fait irréversibles. Il se situe du côté de l’irrécupérable, de l’irréversible. Il est toujours symbolique du franchissement d’une barrière morale, d’un interdit, de quelque chose de socialement réprouvé. C’est en général quelque chose de choquant. Il peut être la résultant d’une démarche plus ou moins réfléchie (pour tenter de se sortir d’une situation difficile, bloquée, d’une façon plus ou moins rationnelle) ou bien le résultat d’une action impulsive soudaine _ dans le « coup de folie soudain » (selon l’article 64 du code pénal) (dont la plus typique est de se défenestrer d’un seul coup, peut-être pour fuir sa propre réalité). Il peut signifier le refus d’accepter plus longtemps une situation douloureuse durable (douleur physique, psychique …). Il peut-être le résultat d’une révolte. Il peut être l’expression par les actes (à défaut de pourvoir l’exprimer par la parole) d’un malaise interne souvent profond. Il peut aussi symboliser la victoire de la pulsion de mort, le triomphe de la haine et/ou du sadisme. Il n’est pas toujours aisé de prévoir si une personne vivant dans un malaise profond, une dépression … passera à l’acte et si oui quand. La survenue de cet événement souvent grave dépend d’évènements extérieurs (tels la survenue d’un événement en apparence anodin, mais signifiant pour le malade), mais aussi de l’écoute et de l’attention qu’on portera ou non au malade, de sa philosophie et de ses valeurs morales ou religieuses, de la solidité ou de la fragilité psychiques et de la cohérence psychique, plus ou moins faible, du malade et de sa compréhension et de son interprétation de certains événements survenus dans sa vie. Les passages à l’actes de Richard Durn à Nanterre, de Romain Dupuy à l'hôpital psychiatrique de Pau en 2005, les fusillades dans les écoles américaines (Fusillade du lycée Columbine, de VirginiaTech etc. …) sont l’exemple de risques potentiels du passage à l’acte qui n’ont pas été détectés à temps ou bien qui ont été dramatiquement sous-estimés par les services sociaux. Sinon croire que par le seul soutien médicamenteux _ avec la prescription au malade de psychotropes et de régulateurs de l’humeur_, peut empêcher le passage à l’acte, chez un patient malade, constitue une grave erreur de jugement et d’appréciation de la part du médecin traitant (B. Lisan) (voir aussi Violence, Suicide et Espoir).

 

 

Pathologiste (article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi diagnosticien).

 

Pervers narcissique (voir Domination, Drame de la Domination et Gourous (psychologie des)).

 

Pet-scan (voir Tomographie à émission de positon).

 

« Petit vélo dans la tête » : pensée obsessionnelle concernant ses maux de tête, du fait de son impuissance et sa frustration à ne pouvoir les résoudre. Associé à des pensées négatives, voire à la dépression (voir obsession, travail sur soi).

 

Piège (sentiment d’être dans un piège, dans quelque chose de très « piégeux ») : le malade, du fait de ses céphalées qu’il n’arrive à résoudre, quelque soit ses efforts et ses recherches a le sentiments d’être piégé, par ses céphalées (et le regard social et médical porté sur de telles céphalées). Ce qui peut alors renforcer la frustration (voire la paranoïa) du malade (voir travail sur soi, guérison).

 

Puissance (des contractures musculaires) : Leur puissance peut expliquer aisément la douleur ressentie par certains patient, sans que, nécessairement, on doit les mettre sur ces schémas hypocondriaques. Voir contractures musculaires.

 

Positif (être) / positiver : Quand on vit avec des maux de tête face auxquels on est totalement impuissant (d’autant que l’on ne comprend pas dans ses plus grandes lignes son origine), on a tendance à voir tout en noir, à se laisser couler, à vous replier sur vous, à vous couper dumonde … (voire à en vouloir à tout le monde … à sa famille, aux médecins, à tous ceux qui ne comprennent pas ce que vous vivez chaque jour). Il vous faut au contraire vous sortir de cercle vicieux sans fin, qui vous fait couler en permanence, et vous ressaisir, positiver, et agir … autour de vous (dans votre entourage, sur votre environnement), à travailler sur soi (voir travail sur soi, Travail (emploi)).

 

Potentiels évoqués visuels [PEV] : L'étude des potentiels évoqués visuels (PEV) se pratique dans un laboratoire d'explorations fonctionnelles du système nerveux central à l'hôpital. Elle est réalisée par un technicien ou un médecin et les résultats, après analyse informatique, sont interprétés par un médecin. Les PEV consistent à enregistrer les modifications de l'activité cérébrale liées à une stimulation sensorielle visuelle. Ces modifications sont enregistrées par des électrodes de surface sous forme de champs électriques.

Les PEV ont deux types d'indications :

> Ophtalmologiques : devant toute baisse brutale de l'acuité visuelle ou à la recherche d'une atteinte du nerf optique (sclérose en plaques).

> Neurologiques : lors de la recherche ou du bilan de maladies neurologiques pouvant avoir un retentissement sur les voies optiques intra-cérébrales (sclérose en plaques, accidents vasculaires cérébraux, traumatismes crâniens…). Source : site e-sante.

Elle peut être une voie exploratoire pour des céphalées, suite à un accident cérébral …

 

Précarité ou Précarisation (voir Soucis financiers, voir handicap et COTOREP).

 

Préjugés  (voir aussi « Faire illusion »).

 

Proscratination (article de Wikipedia), voir aussi travail sur soi.

 

Prise en charge

 

Problème(s) : Tout le monde a des problèmes dans la vie. Le malade enfermé dans la problématique de ses maux de tête, et dans sa non-solution, a tendance qu’à ne voir que ses propres problèmes et ne plus voir les problèmes des autres et le fait que les autres ont du mal à comprendre eux-même ses problèmes. Nous pourrions rajouter qu’il est difficile de demander à sa famille ou des proches d'avoir un QI de 180 ou d'être des Einsteins, de comprendre mieux ce que même de "grands professeurs" n’arrivent à comprendre eux même. (voir positif / positiver, travail sur soi, …).

 

Psychiatre : spécialiste de la Psychiatrie

 

Psychiatrie (article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Psychiatrie médicamenteuse  (ou « Psychiatrie athéorique médicamenteuse ». Voir paragraphe consacré à ce sujet dans l’article « Dérives psychothérapiques »)

 

Psychogène (ou mécanisme psychogène) : ce qui relève d'un mécanisme causal purement psychique (des causes psychiques ayant des conséquences psychosomatiques, c’est à dire qu’un trouble psychique pouvant se répercuter sur la santé physique). On rencontre régulièrement dans la littérature médicale, la dénomination de « céphalées de tension « psychogène » ».

 

Psychologie (article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Psychologue (article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Psychose (article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Psychosomatique (article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Psychothérapie (article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi Travail sur soi).

 

Psychotique : personne souffrant de psychoses (voir Psychose).

 

Psychotrope (en Pharmacologie. Article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi Neuroleptique et « médicament psychotrope »)

 

Puisant(es) ou puissance (voir Intensité des céphalées de tension).

 

 

R

 

Rancune (voir Violence).

 

Rareté du syndrome

 

Rasoir d'Occam (principe du) (ou d'Ockham) (voir aussi Crédibilité).

 

Reconnaissance médicale (voir aussi Suicide).

 

Régulateur de l’Humeur : Voir neuroleptiques et Psychotrope

 

Relaxation (techniques de) (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi Traitements).

 

Rémission (en médecine) : La rémission est l'état d'absence d'activité de la maladie chez des patients souffrant d'une maladie chronique connue. Il est généralement employé pour se référer à l'absence d'activité (visible) d'un cancer ou d’une inflammation intestinale (see remission in english Wikipedia).

Le malade souffrant de céphalées de tension peut passer par des moments de rémission _ surtout dans le cas des céphalées de tension d’origine psychologique _, selon le changement de conditions environnementales, du patient _ en général, psychologiques _ (voir guérison).

 

Remonter la pente (voir S'en sortir tout seul et Hygiène).

 

Repos (voir aussi Sommeil, voir aussi Epuisement, voir aussi Relaxation).

 

Résilience (psychologie)  (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Respect (voir Tolérance entre membres de l’association).

 

Ressentiment (voir Violence).

 

Révolte (voir Violence).

 

 

S

 

Saints (« saints » ayant eu des céphalées ou ayant été invoqués pour les céphalées).

 

Scanner (médical) (article de Wikipedia). (voir aussi IRM).

 

S'en sortir tout seul (voir aussi Solidarité et Hygiène).

 

Serment d’Hippocrate (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia.. Voir aussi Conscience)

 

Sevrage  (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Dans cet article, voir en particulier, le paragraphe « 1.3 Sevrage des benzodiazépines »).

 

Sinus : Les sinus sont des cavités aériennes, remplies d’air, situées dans les os du visage (au niveau du front et des joues) et dans ceux qui constituent la base du crâne. Ils sont en contact avec le nez et la gorge -et donc avec l’air ambiant- par des petits orifices. Chaque sinus porte un nom différent en fonction de sa position : sinus maxillaire, frontal, sphénoïdal ou ethmoïdal.

 

Sinusite : La sinusite est une inflammation de la muqueuse d'un ou de plusieurs des quatre sinus (maxillaire, frontal, sphénoïdal ou ethmoïdal) que comporte le corps humain. Elle est le plus souvent due à une surinfection bactérienne secondaire à une affection des voies aériennes supérieures (nez-bouche-gorge) comme un rhume par exemple.

Lorsqu'une infection virale ou bactérienne prend place dans le nez, les muqueuses s'enflamment et enflent, ce qui risque d'obstruer les sinus. Le mucus n'est alors plus drainé normalement et, dans ce milieu fermé, les microbes se multiplient librement.

Elle provoque souvent une douleur en barre frontale durable, semblable à celles des céphalées de tension frontales ou d’autres douleurs tenaces (maxillaires …).

La douleur et la sensation de pression au visage, bien connues des gens atteints de sinusite, proviennent de l’accumulation de mucus à l'intérieur du ou des sinus.

NB. selon le sinus infecté, on parlera de sinusite frontale, maxillaire gauche (si un seul côté est malade), etc.

Elle peut être traitée par les analgésiques, antibiotiques, antihistaminiques, décongestionnants, corticostéroïdes oraux ou en vaporisateur nasal, chirurgie, soins maison (inhalation de vapeur, inhalation d'eau salée, hydratation, etc.).

(voir aussi site http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=sinusite_pm).

 

 

Sisyphe (voir Mythe de Sisyphe).

 

Solidarité (voir aussi S'en sortir tout seul et Hygiène).

 

Solitude (du malade)  (voir Ecoute. Voir aussi Suicide. Voir aussi Reconnaissance médicale).

 

Solution (au mal) : voir guérison, travail sur soi, positif / positiver.

 

Somatisation : En médecine, la somatisation est généralement vue comme la traduction physique d'un conflit psychique. Il y a plusieurs acceptions du terme "somatisation" : a) la manifestation masquée de troubles psychiatriques, b) des désordres psychiatriques spécifiques: les troubles somatoformes, c) une « conduite » de maladie déviante, résultant de l'interaction complexe de symptômes, de détresse psychologique, de mécanismes cognitifs en particulier interprétatifs, et du recours au système de soins (voir aussi articles somatisation  et troubles somatoformes de Wikipedia).

 

Sommeil

 

Soucis financiers (voir aussi Prise en charge. Voir aussi Syndrome de Diogène)..

 

Souffrance (article de Wikipedia) et voir aussi Douleur.

Souffrance morale (voir Ecoute. Voir aussi Violence. Voir aussi Suicide).

 

Spasmophilie

 

SPID : syndrome polyalgique idiopathique diffus (voir Fibromyalgie).

 

Stéroïde (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia). Voir aussi anti-inflammatoire.

 

Stomatite d'Aphthous : Inflammation de la membrane muqueuse de la bouche. [NIH]

 

Stress

 

Suicide (voir aussi Passage à l’acte, Dépression, Espoir et Reconnaissance médicale).

 

Surmoi ou Sur-moi (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Surrénale : voir Médullo-surrénale.

 

Survie (voir aussi Mythe de Sisyphe).

 

Symptômes (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Symptômes somatiques : voir somatisation.

 

Syndrome de Diogène (voir Hygiène).

 

Syndrome de Münchausen (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi l’article Hypocondrie).

 

Syndrome polyalgique idiopathique diffus ou SPID (voir Fibromyalgie).

 

Syndrome sérotoninergique : il correspond à un excès de sérotonine au niveau des neurones cérébraux. Il est souvent du à une prise excessive d'antidépresseurs, inhibiteurs spécifiques de la recapture de la sérotonine .. ou à des interaction médicamenteuses. La forme bénigne se manifeste par des nausées, une agitation, un comportement agressif, des paresthésies. Dans ce cas-ci, l'évolution est favorable en quelques heures après l'arrêt de l'ISRS (c’est à dire après l’arrêt de l'Inhibiteurs Spécifiques de la Recapture de la Sérotonine), en général un antidépresseur responsable des troubles sérotoninergiques.

La forme grave est un ensemble de manifestations psychiques, motrices et végétatives, tels que Agitation, confusion, hypomanie, Tremblements, myoclonies, Hypertonie diffuse avec hyperréflexie ostéotendineuse, puis rigidité musculaire avec ses conséquences (difficulté respiratoire, trismus gênant l'intubation, rhabdomyolyse...), Mydriase (parfois aréactive), sueurs profuses, hyperthermie, frissons, Augmentation de la pression artérielle, tachycardie, tachypnée. Dans quelques cas (entre 2 à 4 %) des décès ont été constatés. Dans les cas sévères, il faut procéder à une ventilation assistée après intubation avec sédation (midazolam) voire curarisation si les benzodiazépines sont inefficaces pour traiter l'hypertonie. Habituellement, une bonne évolution en 1 à 2 jours est constaté, avec un traitement symptomatique précoce et bien conduit (voir http://www.esculape.com/fmc/serotoninesurdosage.html ).

 

 

T

 

Tâtonnement médical (voir Erreurs de diagnostic).

 

Tétanie (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi l’article Tétanisation).

 

Tétanisation (des muscles) (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi l’article Tétanie).

 

Thérapie de soutien : La thérapie de soutien (limitée dans le temps), ne vise pas l'obtention de remaniements psychologiques profonds mais plutôt un renforcement des capacités adaptatives de la personne et une mise en oeuvre plus efficace et plus souple des moyens habituels de défense de la personne, en travaillant à lever les obstacles ponctuels dans sa vie. La thérapie consiste, pour le thérapeute, à donner des conseils au malade, sans lui imposer son point de vue, d'éveiller en lui ses ressources et de l’aider à actualiser son potentiel dans une situation nouvelle (dans le cas d’une maladie …), de soulager sa douleur (par un traitement approprié …), de l’aider à restaurer ses besoins de sécurité, de la reconnaissance, d’appartenance sociale, d’intégration, d’identité, de réalisation personnelle … (Voir aussi l'article "La thérapie de soutien pour malades chroniques", sur le site psycap).

 

Tolérance (aux médicaments. Voir Accoutumance).

 

Tolérance (entre membres de l’association)

 

Tomodensitométrie (TDM) : voir scanner.

 

Tomographie à émission de positon (Article de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

 

Tourner en rond : voir petit « vélo dans la tête », dépression.

 

Toxicomanie (voir aussi l’article La Toxicomanie sur l’encyclopédie des drogues).

 

Training autogène : Outil de relaxation et de guérison, basé sur l’autosuggestion et un entraînement progressif [cf PasseportSanté]. Technique basée sur la relaxation de muscle pendant des exercices d’autosuggestion (ou d’auto-hypnose). Elle est souvent employée en même temps qu’une psychothérapie. [NIH]

 

Traitements (des céphalées de tension : Relaxation, Psychothérapie, Psychiatrie, Psychiatrie médicamenteuse, Médicaments …).

 

Traitements de la douleur : voir douleur, voir Gestion de la douleur.

 

Trauma ou traumatisme crânien : Article de Wikipedia. Dans des cas très rares, on a observés des céphalées de tension chroniques, séquelles de l’accident dont a été victime la personne souffrant d’un trauma crânien.

 

Traumatisme psychologique (ou Traumatisme psychique) (Voir aussi l’article Traumatisme psychique pour le site de l’encyclopédie libre Wikipedia).

Traumatisme psychique (article de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi Névrose traumatique et Débriefing (psychologie)).

 

Travail (emploi) : Les personnes qui souffrent depuis longtemps ont tendance à couler, à ne plus s’intéresser à leur travail … Or au contraire, il est important de s’accrocher et malgré tout, de réussir dans son emploi (activité professionnelle).

 

Travail sur soi (voir aussi psychothérapie).

 

Troubles bipolaires ou troubles maniaco-dépressifs (voir aussi l’article Troubles bipolaires pour le site de l’encyclopédie libre Wikipedia).

 

Trouble obsessionnel compulsif (article de Wikipedia).

 

Troubles oculaires

 

Troubles somatoformes (article de Wikipedia).

 

Tumeur du cerveau : Le terme tumeur (du latin tumere, enfler) désigne, en médecine, une augmentation de volume d'un tissu, clairement délimitée sans précision de cause. Le cerveau peut aussi être le siège de tumeurs secondaires ou métastases, et de lymphomes (à partir de lymphocytes). Certaines céphalées _ souvent diffuses chroniques _ peuvent traduire une tumeur intracérébrale si elles ont une tendance à s'aggraver.

 

U

 

Usant(es) (voir Intensité des céphalées de tension et Epuisement).

 

 

V

 

Variabilité ou variations (des céphalées de tension)

 

Velléité / velléitaire : voir proscratination (article de Wikipedia), voir aussi travail sur soi.

 

Vertiges   (voir aussi la définition « Vertige » de l’encyclopédie libre Wikipedia. Voir aussi Nausées)

 

Victimisation

 

Vigilance : Etat d'empressement à détecter et à répondre à certains petits changements survenant dans des intervalles se produisant au hasard, dans l'environnement. [NIH]. Aptitude du cerveau à répondre activement aux situations inopinées, en rapport avec la capacité d’attention dont le sujet est capable (Universalis).

 

Violence (Voir aussi Passage à l’acte, Suicide et Espoir).

 

Vulnérabilité (voir aussi Soucis financiers, Diminution des facultés intellectuelles, voir aussi fragilité psychologique).